DEMANDE DE REFERENDUM
"Pour ou contre le stade"
 
Les présidents des associations Energie Citoyenne, Décines-moi et Carton Rouge remettent à Jérôme Sturla, le maire en devenir, les 3800 demandes de référendum :
"Pour ou contre le stade".
Ce sont 3800 électeurs de Décines qui réclament une juste démocratie participative. 
>>>Franck Buronfosse
Parmi la centaine de personnes, beaucoup des collecteurs de signatures étaient présents et satisfaits du résultat de leurs efforts. Merci à eux. Ils ont chanté la Marseillaise avec plus de conviction que certains footballeurs.
Avant les Municipales de 2008, dans son programme, Pierre Crédoz n'annonçait-il pas :
"Les habitants seront associés à la gestion des grands dossiers de la cité... Le projet du Grand Stade sera conduit dans le cadre d'une structure de concertation et de médiation.. avec les représentants des associations et des habitants de la commune." ?
N'était-ce que des promesses électoralistes ? 
La vie des Décinois serait tellement modifiée par ce stade qu'il est légitime de  leur demander leur avis par un vote.
Cette urne bien "encombrante" serait l'occasion pour l'un de terminer son mandat dans l'apaisement et pour l'autre de commencer le sien dans une conciliation réaliste de bon augure.
>>>Lyon Capitale
>>>Le Progrès
Remarque : les signataires ne sont pas tous des opposants au stade.
3800 électeurs décinois méprisés par leur élus.
La demande par 3800 électeurs décinois d'une consultation  sur l'implantation du stade était à l'ordre du jour du Conseil municipal  de ce 9 février 2012. 
Le froid était vif à l'extérieur mais l'ambiance chaude à l'intérieur ! Près de 100 personnes, du jamais vu pour un Conseil municipal.
Le pinaillage du maire sur le nombre de signatures et sur un courrier envoyé ou pas aux signataires présageaient du résultat du vote. Sous les applaudissements nourris du public, Sandy Sagnard, Mohamed Rabehi et Franck Buronfosse ont argumenté pour obtenir ce que déjà 3800 Décinois voulaient : un référendum. 3800 est sensiblement le nombre de voix obtenues par le maire pour son élection de 2008. Il n'a donc pas le droit d'affirmer que les Décinois ont déjà choisi. Il les accepte pour se faire élire mais les oublie quand ils contrarient les projets de Collomb et Aulas.
Après la langue de bois copier-coller surréaliste, le vote à main levée fut sans surprise mais sous les huées du public.
Des propos moralisateurs pour culpabiliser les riverains et quelques centaines d'opposants qui devraient se sacrifier pour l'intérêt général, nous ont été assénés. Nous étions venus pour défendre notre tranquillité bien relative, notre argent, l'air que l'on respire, les hectares qui nous nourrissent et nous n'avons eu que mépris, dédain, sourires arrogants.

Les fossoyeurs du Montout. Tous coupables, tous responsables. Ils ont mis la main dans un cercle infernal, ils ne savent plus comment la retirer sans perdre la face vis à vis des camarades.
C'est le B.A.BA de la  dynamique de groupe.


>>>Communiqué Carton Rouge
Courrier au maire.
Le maire de Décines a envoyé un courrier à une partie des signataires de la demande de référendum. Bientôt hors-jeu et désespérément sourd à nos arguments, une phrase suffit pour lui répondre.
Monsieur le Maire,
A la hauteur de l'importance du projet de stade susceptible de changer, plutôt en mal, la vie des Décinois, notre déception et notre courroux sont grands, suite à votre refus de répondre favorablement à la demande de référendum pouvant lever le doute sur notre accord ou désaccord avec le favoritisme, consenti à une société privée, entachant votre mandat écourté et les deux ans d'intérim de votre successeur coopté.
Sincèrement.

Lettre ouverte au Maire de Décines 
suite à sa conférence de presse du vendedi 13 janvier 2012

Décines, le 18/01/2012

Monsieur le Maire,

Comment devons-nous comprendre vos déclarations et celles de vos adjoints lors de la conférence de presse que vous avez organisée en mairie vendredi 13 janvier sous très haute surveillance, durant laquelle deux de nos représentants, de surcroît conseillers municipaux, venus simplement assister à votre conférence de presse, ont été très fermement reconduits vers la sortie, de ce qu'on appelle la maison du peuple ?

Concernant cette demande même de référendum, vous osez dire : "... qu'elle aurait dû intervenir en septembre 2009" alors que dès 2007 vous coupiez court à toute consultation. A la suite des élections municipales de 2008, vous avez tenté d'envisager...oralement "une concertation sur ce thème" mais vous n'avez JAMAIS donné suite à cette initiative démocratique ; nous vous rappelons  qu’elle a été demandée à maintes reprises depuis 2007.

Vous affirmez que les 3800 signatures ont été obtenues de "manière douteuse", que les "termes sont ambigus et trompeurs", que "la population n'a rien compris" et qu'elle devrait recevoir un courrier explicatif du Maire. Ces termes pernicieux et discriminants n'honorent pas la fin de votre mandat.  De plus, l’envoi de ce courrier « explicatif », mobilisant des moyens financiers publics de la commune, nous demandons à pouvoir y joindre notre point de vue, afin de rester dans cet esprit démocratique et républicain qui nous est cher.

Un rappel important : ces 3800 signatures représentent autant que les voix recueillies par votre liste, au 2ème tour, lors de la dernière élection municipale .

Manifestement, vous ignorez les aspirations de la population décinoise et êtes beaucoup plus prompt à vous mettre au service des intérêts privés de Monsieur Aulas. Mais, ce n'est pas en devenant le mentor d'un businessman que vous gagnerez en légitimité auprès des Décinois ! Vous déclarer, pour tenter de nous discréditer, que notre action est politique, mais si ce mot est employé dans son sens premier, celui de s’occuper des autres, alors oui nous faisons de la politique mais de la politique non partisane !

Notre seule volonté est de permettre à la population de pouvoir s’exprimer sur le projet de stade, ce qui lui a été refusé depuis de trop nombreuses années.

Par vos arguments fourbes et votre complet refus de toute expression populaire, vous vous faites complice d'une opération financière qui pourrait profiter à quelques uns mais faire perdre la qualité de vie de tous.

En refusant ainsi la parole aux Décinois, vous perdriez toute légitimité à nous représenter. Votre principal argument pour justifier votre volonté anti-démocratique réside dans le fait que le permis de construire doit être signé en février et que la pose de la première pierre devrait suivre en avril. Monsieur le Maire, rien ne vous empêche de réunir le conseil municipal en urgence afin de faire voter dès aujourd’hui le principe d’un vote de la population avant la signature du permis de construire, rien ne vous empêche non plus de repousser ce timing financier décidé par l’OL pour que les Décinois  décident de leur avenir !

Monsieur Crédoz, ne privez pas les Décinois d'une consultation légitime, ne trahissez pas, pour une opération spéculative, les idéaux que vous avez défendus jusqu'alors. Quelle que soit l'issue de ce vote vous ne pourriez qu'en ressortir grandi !

Dans l’attente de ce prochain conseil, recevez, Monsieur le Maire, nos sincères salutations.

Pour Carton Rouge, Franck BURONFOSSE
Pour Décines moi …, Mohamed RABEHI
Pour Energie citoyenne, Sandy SAGNARD