POUR FAIRE VITE

En 2007, la jeune association CARTON ROUGE était inconnue et bien isolée ; si bien qu'à la première réunion de concertation pour la révision du PLU à Décines, Messieurs Aulas, Collomb, Crédoz, Rivalta sont arrivés fringants en pays conquis dans leur voiture de fonction. Ils ont déchanté vu l'accueil !
Depuis notre lutte n'a pas cessé et nous avons été rejoints par moult associations regroupées dans LES GONES POUR GERLAND.
Depuis peu LES VERTS (pas ceux de Saint Etienne) nous aident ; ils ne pouvaient pas faire autrement vu les aberrations du dossier OL Land sur les transports, l'environnement, l'insécurité, le gaspillage de l'argent du contribuable...
Heureux de ne plus être seuls nous continuons la lutte jusqu'à la victoire finale.

Le projet OL Land de Jean-Michel Aulas est d'implanter un immense complexe sportif sur 50 hectares de réserve foncière de la commune de Décines à 15 km vers l'ESt lyonnais. OL Land comprendrait le nouveau stade de 60 000 places, le centre d’entraînement de l’équipe professionnelle, les bureaux du siège d’OL Groupe, une boutique OL Stade, 7 000 places de stationnement, plusieurs équipements de loisirs et de divertissements dont cent cinquante chambres d’hôtel et 8 000 mètres carrés d’immeubles de bureaux. Finalement, bien plus qu’un simple stade de football destiné aux footballeurs professionnels, il s’agit d’une mégapole d’affaires construites à des fins privées, pour le profit. Le stade n'occuperait que 5 hectares.
S'appuyant sur la venue de l'Euro 2016, il voudrait que les accès "en rouge" lui soient "offerts" par la communauté : 200, 300 ou 400 millions d'euros .
En outre les accès prévus par Gérard Collomb seraient  inadaptés et insuffisants pour la configuration du lieu et l'éloignement de Lyon.
Ces travaux seraient inutiles pour les habitants de l'Est, bien au contraire leur convergence vers OL Land accentuerait l'engorgement existant.
Par exemple, lors des matchs la route de Jonage serait fermée,  le nombre de rames du tram T3 serait doublé avec autant de fermetures des passages à niveau.La rue marceau et une sortie de la rocade seraient réservées à l'accès du stade.
Les nuisances vécues dans le voisinage de Gerland avec 40000 spectateurs seront bien pires à Décines alors que les moyens d'accès y sont moindres. Pas de métro.
Deux demandes de révision du PLU ont eu des avis défavorables des commissaires enquêteurs. Mais Gérard Collomb, atteint semble-t-il d'autisme, s'obstine en lançant une nouvelle enquête en juin-juillet 2011 avec 45 commissaires-enquêteurs.
Or il existe un stade près du centre ville avec métro, tram, autoroute, gares SNCF à proximité : c'est le stade de Gerland. Il n'est jamais plein avec ces 42000 places.
 La communauté urbaine de Lyon s'est engagée à payer des accès inutiles pour l'Est lyonnais :
  • accès nord : 23,5 millions d'euros HT
  • accès sud : 50,7 millions d'euros HT
  • parking Panettes : 28,23 millions d'euros HT
  • échangeur sur la rocade : 23,5 millions d'euros HT
  • extension de T3 : 33,7 millions d'euros HT
Plus de nouvelles rames, plus une station de stockage des rames près de la Part Dieu...
Et tout ce qu'on ne sait pas, les imprévus, les réajustements de devis.
Nos impôts pour enrichir la 500 ième fortune française et verser des salaires jusqu'à 100 000 euros la semaine à des joueurs de foot.
Le 8 décembre 201x , pour accéder au Stade du Grand Lyon, des Lumières...des lumignons.



... le plus simple sera de rejoindre le stade de Gerland très bien desservi  puis de poursuivre sur 15 km jusqu'à Décines à travers rues, villages, lotissements, cités et champs.
A Gerland :
  • 40 000 spectateurs
  • 3 km de la place Bellecour
  • Métro B, Part Dieu-Oullins
  • Gares Jean Macé et Perrache
  • Tram T1 et T2
  • Autoroutes A6 et A7
  • Boulevard périphérique sud
A OL land :
  • 60 000 spectateurs
  • 15 km de la place Bellecour
  • Tram T3
  • Navettes de Bus
  • Rocade est
En mai 2011, la déclaration d'intérêt général est accordée au Grand Stade de Décines.
Elle permettra l'expropriation pour les accès et la voirie.
>>>gouv.fr
>>>Le Progrès

En décembre 2011, la conseil de la Communauté urbaine de Lyon adopte la révision du PLU sur les terrains du Montout en vue de la construction du stade et des bâtiments commerciaux annexes.
Le maire de Décines, Pierre Crédoz, a un "rendez-vous avec l'Histoire" !
>>>Rue 89

Le 3 février 2012, Pierre Crédoz signe le permis de construire du Stade des Lumières.
Le 9 février 2012, le Conseil municipal de Décines refuse la demande d'un référendum par 3750 Décinois  : pour ou contre le stade .

Pierre Crédoz démissionne le 24 février.
Coopté, Jérôme Sturla lui succède le 3 mars 2012.


Extrait du bulletin-juin 2013 de CANOL

Les nuages s’accumulent sur ce projet aberrant :

• l’O.L. vient d’annoncer de nouveaux déficits pour l’exercice en cours et la décision prise de vendre ses joueurs les plus chers va encore hypothéquer ses futurs résultats

• la construction de ce stade qui avait été refusée par 2 enquêtes publiques n’a pu être autorisée que par le subterfuge du découpage en 9 enquêtes. Elle fait toujours l’objet de recours non tranchés juridiquement :

- la vente des terrains à bas prix, qui avait été annulée par le tribunal, a été revotée dans les mêmes conditions. Elle fait de nouveau l’objet d’une demande d’annulation, ce qui risque de majorer fortement son coût pour l’O.L.,

- le Conseil Général vient d’annuler la garantie d’emprunts de 40 M€ qu’il avait accordée fin 2012 ; - le tribunal vient d’annuler la déclaration d’utilité publique de l’extension de la ligne de tramway T3, le SYTRAL ayant sous-évalué son coût et surévalué sa fréquentation ; - la suppression de cette principale voie d’accès au stade risque d’entraîner l’annulation du permis de construire ; - la nouvelle prévision de livraison fin 2015, est postérieure aux impératifs de participation à l’EURO 2016 ; • compte tenu des nombreux recours, des finances calamiteuses et des résultats de l’O.L., les banques sont de plus en plus frileuses pour financer une opération, dont la rentabilité à court et à long terme reste à démontrer.

Arrêtons ce projet afin d’éviter d’être dans la situation de Grenoble ou du Mans !

Nous demandons donc aux élus du Grand Lyon d’exiger un vote de la communauté urbaine demandant l’arrêt du projet et des investissements en cours. Compte tenu de la situation, chaque jour qui passe augmente les charges assumées par les contribuables du Grand Lyon…